Zéro déchets

Vive le thé !

17 octobre 2019

Gros consommatrice d’eau en général, l’avancée de l’automne me donne toujours envie de me faire une bonne tasse de thé. Thé noir le matin, thé vert le soir, infusion lors des gros coups de fatigue pour mieux me reposer. Je pourrais passer pas mel de temps en procrastination à flirter avec les marques différentes. Je suis très attirée par les odeurs, les couleurs et le packaging. Il y a un côté à l’an fois dépaysant et réconfortant à boire du thé.

Mais récemment, un article est paru dans le très sérieux Sciences et Avenir, mettant en exergue le côté néfaste du thé. Pile poil au moment où j’ai envie d’en boire des litres et à quelques jours de recevoir ma commande THE CAPSOUL. Petit tour d’horizon de la boisson du moment.

Sachet ou vrac ?

Il y a deux types de personnes : elles qui boivent le thé en sachet et celles qui préfèrent le vrac. La plupart des vrais amateurs de thé que je connais choisissent le vrac et ils ont bien raison.

As-tu remarqué la quantité de plastique, de carton et donc de déchets que génère l’achat d’une boîte de sachets de thé ? Ceci dit, si les emballages sont souvent recyclables, quid du sachet utilisé. Je vais te confier un secret : ne le jette pas, réutilises-le. Pas pour boire une seconde tasse mais pour diverses utilisations telles que :

  • Un masque anti-cernes (à mettre au congélateur 1h avant)
  • Du compost (à condition que le sachet soit en papier et fermé au fil, pas aux agraphes)
  • Un anti-odeurs pour le frigo (à placer dans une coupelle)
  • Un nettoyant pour vitres et miroirs (plus écolo que les sprays – à humidifier au préalable)

Bien sûr si tu bois du thé en grande quantité au quotidien, cela risque de devenir envahissant. C’est pourquoi, sur la route du zéro déchets, se convertir au thé en vrac est, à mon sens, une bonne décision.

Les infuseurs

Alors oui cela revient cher à première vue car il faut acheter des infuseurs. Cependant il s’agit’ comme souvent, d’une dépense de base qui ne sera pas renouvelée régulièrement et donc vite amortie. Le seul hic est de choisir quel infuseur. Si tu en prends des individuels, il va falloir en prévoir plus d’un ( surtout si vous êtes nombreux à boire du thé à la maison mais aussi pour les amis qui viennent passer du temps chez toi) ; soit une théière avec infuseur inclus (mais cela induit de faire un seul thé pour tout le monde).

Au final, peu importe ce que tu choisis, le prix sera équivalent. En revanche, je t’invite à porter ton attention sur le matériau de fabrication. Existe le plastique, prends de l’aciérie inoxydable. Tu en trouveras sous toutes les formes et à tous les prix. Reste que le thé qui aura infusé, tu n’es pas obligée de le jeter. Une fois encore, il peut servir de compost mais si tu n’as pas de jardin gardes-le pour faire une marinade pour un poisson ou un bon morceau de viande.

Le thé, c’est bon ?

Après ces conseils en recyclage, je vais aborder un thème beaucoup autrement alertant : le thé et la santé. Inspiré d’une étude publiée dans la revue Environmental Science & Technology, l’article dont j’ai parlé en introduction est lire ici si tu ne l’avais pas vu passer.

Pour résumer, il s’avère que les industriels utilisent de plus en plus d’en poches plastiques pou remplacer les sachets de thé en papier. Les résultats est que des particules de nylon et de polytéréphtalate d’éthylène (entre autre) se diffusent dans l’eau chaude. Des nanoparticules, certes, qui ne présentent a priori pas de danger pour la santé à cette dose. Mais si tu bois plusieurs tasses par jour, plusieurs jours par semaine, quel est l’impact réel ? L’OMS a appelé à une évaluation plus poussée pour connaître les conséquences sur la santé humaine.

Qui est encore pour les thés en sachet ? Ah, si seulement les dangers s’arrêtaient là… car il existe une autre sorte de contamination possible : les pesticides.

Il y a deux ans, un article paru dans le magasine 60 Millions De Consommateurs a mis en avant le fait que les pesticides se trouvaient dans tous les thés, même bio (bien qu’en moindre quantité). En effet, il faut savoir que les feuilles de théier ne sont pas nettoyées, à aucun moment depuis leur récolte jusqu’a leur transformation. Encore une fois les quantités sont infimes mais peuvent être nocives à haute dose.

Si le thé est généralement reconnu comme bon pour la santé, toutes ces informations tendent à encourager sa consommation occasionnelle plus que quotidienne. Et pour finir, je vous encourage, si cela vous intéresse, à lire cet article qui donne une bonne idée du CO2 utilisé par tasse de thé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *